N
é en 1990, j’étais passionné, déjà jeune, par la nature. Le premier moyen d’asseoir cette passion était de dessiner. Dès l’âge de 6 ans, je croquais des animaux.
Et, depuis maintenant plus de 5 ans, je pratique la chasse photographique en tant qu’amateur pour essayer d’immortaliser des instants magiques de la vie sauvage.

En dessin, je ne travaille qu’aux crayons aquarellables. Un jour viendra peut-être où je me lancerai dans la peinture. Mais, pour le moment, je me complais dans cette technique. Au fur et à mesure des années, j’ai ressenti une plus grande attirance pour la réalisation des chiens de chasse qui constituent désormais la majorité de mes créations. Bien que cela ne m’empêche pas, de temps en temps, de dessiner des gibiers.

En photographie, depuis mes débuts, je n’ai toujours eu que des Bridges. Le matériel que j’utilise actuellement est un Bridge Panasonic DMC FZ48. En parcourant mes images vous découvrirez essentiellement les mammifères sauvages de Sologne pris au fil des saisons (chevreuils, lièvres, sangliers, cerfs, etc..), qui sont mes sujets de prédilection. Différents modes s’offrent au chasseur photographique : l’approche et l’affût.
Je pratique plutôt l’affût faisant naître des moments merveilleux par l’apparition du gibier qui ne connaît pas votre cache et qui se dévoile alors à vous.
La persévérance, la discrétion et la patience sont les qualités requises pour cette activité. Il faut parfois savoir rester posté plusieurs heures camouflé, sans faire de bruit, à bon vent, afin de ne pas être repéré pour ne surtout pas déranger le gibier et ainsi espérer observer quelques animaux. La connaissance de ces animaux et de leur biotope s’acquiert en partie par l’expérience sur le terrain. Cette connaissance est la clé permettant de découvrir un animal dans toute la vérité de ses comportements et de réussir à le photographier dans ses attitudes les plus nobles.
La chasse photographique me permet, sans jamais me lasser, d’apprécier la beauté, la curiosité, la noblesse et la sagesse de ces animaux qui parfois se trouvent à seulement quelques mètres de moi. Il m’arrive, parfois hélas, de ne rien rencontrer. Mais je suis toujours récompensé, les jours suivants, de la vaine attente des jours précédents, par des apparitions somptueuses.